Réalisation Divine Vol 2004

Kriya News été 2004

Ashram de Miami :
Jardin de Baba :

La pluie qui ne vint jamais
La saison des pluies approche, sauf qu’il y a vraiment très peu de pluie, au contraire il a fait anormalement sec. Normalement à la période de l’anniversaire de Baba le 27 mai, les cieux se sont ouverts et ont déversé la pluie. Cette année cela n’a pas été le cas. Aussi incroyable que cela puisse paraître, le temps de saison semble avoir complètement changé. L’ordre naturel des choses a été modifié du fait du réchauffement global, par la pollution et l’influence générale des habitants humains de la planète Terre. Nous pouvons aller jusqu’à complètement oublier notre véritable nature.
Restaurer l’ordre naturel des choses semble être la solution . Baba disait :  » L’équilibre, c’est la flexibilité face à un changement continuel. L’équilibre parfait c’est la flexibilité parfaite face à un changement continuel. «

Ainsi les solutions sont à l’ordre du jour. S’il fait anormalement sec, on doit compenser et fournir de l’eau aux légumes et aux fleurs quand c’est nécessaire. Remercions Dieu pour l’irrigation. Le résultat de cette apparente aberration climatique fut une véritable bénédiction. Souvent la plupart des très belles fleurs se fanent et meurent en mai ; la température s’élève et elles ne peuvent survivre. Cette année ça a été très différent ; les fleurs ont survécu au manque d’eau et à l’élévation de la température car elles ont reçu plus d’eau en compensation. Non seulement ces fleurs ont survécu mais elles se sont développées et se sont épanouies plus que jamais !
Il semble qu’une adversité apparente génère le développement ; et pas uniquement le développement, une abondance de fleurs et de légumes semble se produire. La nature est véritablement un grand enseignant.

La Belle et la Bête
L’embellissement du jardin continue, sans faiblir. De nouvelles belles sections du jardin apparaissent partout et sont un ravissement pour tous ceux qui viennent les voir. Comme toutes ces nouvelles sections apparaissent nous sommes attirés par la beauté merveilleuse du jardin mais, avec certitude, il y a toujours la  » Zone Oubliée « , un endroit, ou des endroits moins visibles qui grandissent rapidement et qui sont en fait complètement sans contrôle. Ainsi au milieu de la beauté il y a des plantes sauvages, des mauvaises herbes et des arbres (qui sont complètement envahissants). Si on n’y prend garde, elle prendront le dessus.
Des inspections régulières de ces recoins cachés et de ces brèches sont essentielles, même au paradis. Il en résulte une vigilance sur l’état de l’environnement tout entier. Cela veut dire qu’en même temps que le travail est entrepris pour préparer les nouveaux jardins, l’entretien n’est pas négligé. On désherbe et les zones qui ne sont plus sous contrôle sont nettoyées. Ainsi ces parcelles sombres, surpeuplées et denses sont éclaircies et reçoivent maintenant le soleil. Mais maintenir la beauté du jardin nécessite une vigilance constante et un dur labeur. Il faut un travail et un effort incessant pour garder un jardin dans toute sa beauté. L’important c’est l’esprit dans lequel on fait cet effort. Dans les Védas il est mentionné  » la célébration de la guerre « . Battez-vous avec une attitude de joie et soyez victorieux dans la bataille de la vie. Après tout, comment pourrions-nous bien réaliser une tâche si nous sommes malheureux et déprimés ?

La banane
Même les bananiers semblent être fatigués au bout du compte et tout doit être déplanté. De nouveaux bébés bananiers doivent être transplantés et une nouvelle génération de plantation peut démarrer. Par chance nous avons toute une série de bananiers, en pleine santé et pleins de vibrations, à partir de laquelle nous avons sélectionné et planté une variété d’espèces. Nous avons déplacé tous les bananiers sur une plantation, fertilisé ,préparé et laissé au repos pour un moment l’ancienne plantation. Le sol, désormais fertile, était prêt à recevoir les nouveaux bébés bananiers. Les transplantations ont été réalisées et les premières variétés ont été des bananes rouges et une variété hawaïenne appelée « Hua Moa « , qui sont très grosses et vraiment délicieuses.

Nouveaux arbres
Quelques bébés arbres rudrakshas nous ont été donnés pour qu’on les plante ici à Miami. L’arbre rudraksha est connu pour ses graines, grosses, dures et solides qui sont utilisées pour les malas (rosaires traditionnels) destinés aux moines. L’arbre devient très gros et a besoin d’être planté dans un trou d’environ un mètre de diamètre et de profondeur. Il ne s’agit pas de petits pieds et il faut s’y prendre à la pioche et creuser dans le corail sous une température élevée. Au total quatre arbres seront plantés, dont deux l’ont été juste avant la célébration de l’anniversaire de Baba.
Pour continuer le développement des plantations de mangues de Baba, quatre nouveaux arbres seront plantés. Les trous sont en train d’être creusés au moment où nous écrivons.

Week-end de seva – pose du gazon – samedi 3 avril
Le week-end de seva le samedi 3 avril a été un grand succès. Une équipe de kriyavans s’est rassemblée pour préparer le nouveau terrain à l’extérieur du bâtiment du Mémorial. Il a fallu préparer en étalant une très grande quantité de sable avant de poser le gazon. Ensuite les bandes de gazon ont été posées avec l’efficacité du travail à la chaîne et à la fin de la journée le terrain était tout vert. Étonnant !

Paramahamsa Prajnanananda à l’ashram de Miami pour Pâques.
Swamiji est arrivé le 6 avril, aussitôt arrivé, il démarra les cours ; les premiers étant Le But de la Vie et Transformation .
Ensuite le Vendredi Saint 9 avril, le programme de Pâques commença. Au cours des trois jours de célébrations Swamiji donna une série de conférences sidérantes sur la vie de Jésus. Cette série sera publiée dans Réalisation Divine et la première dans cette même édition. Prajnananandaji a présidé les célébrations auxquelles assistaient aussi les yogacharyas Elizabeth Tackenberg et Durga Chunduri.
Ce programme a été apprécié par tous les participants qui ont certainement tous appris beaucoup sur le Seigneur Jésus, sa vie et ses disciples.

Anniversaire de Baba
Une fois de plus c’était le moment de célébrer l’anniversaire de Baba. La célébration eut lieu du 26 au 31 mai. Cette année l’anniversaire de Baba a eu lieu un jeudi et le bâtiment du mémorial était rempli de kriyavans du monde entier. Paramahamsa Prajnanananda a présidé a la célébration avec les yogacharyas Rajarshi Peterananda, Christine Jacobsen, Elizabeth Tackenberg, Gonesh Baba, Miguel Bermudez, Don Abrams, Suresh Kodolikar et John Williams.
La cérémonie d’ouverture a vu défiler les histoires de Baba, les souvenirs affectueux de la vie et des moments passés par Baba avec tous ses moines et yogacharyas. Il y eut tous les jours des cours, des méditations, des séances de questions-réponses, qui ont participé à enrichir la pratique de tous les participants.
Les repas étaient particuliers. Profitant de nos bananeraies, les plats étaient servis dans les feuilles de banane coupées (une réjouissance pour nos invités qui n’ont peut-être pas encore connu les rivages indiens). De plus les repas étaient pris en extérieur ce qui était vraiment très agréable et rafraîchissant en soirée.
Beaucoup de personnes assistèrent au programme sur toute sa durée et à la fin tout le monde semblait revigoré et motivé pour intensifier sa pratique. Il est clair que  » la bonne compagnie vous rendra bon  » et comme toujours pour la célébration de ce 97ème anniversaire il y a eu abondance de bonne compagnie.
Même Jacob le cacatoès médite profondément maintenant, entre deux biscuits, bien sûr.

Deuxième conférence au Temple de Vishnou et Shiva :
Cycle  » Comment mener sa vie « , samedi 22 avril
Paramahamsa Prajnanananda était invité pour la deuxième fois à participer en tant qu’orateur au cycle  » Comment mener sa vie  » au Temple de Vishnou et Shiva de Davie. Swamiji fit son discours dont la dernière partie fut consacré au Kriya Yoga et à la manière dont il aide à atteindre la paix et le calme pendant les activités quotidiennes.
Le programme commença à 14h30 et se termina à 17h30. Le public demanda à Swamiji de donner des moyens pratiques pour rester en paix et calme pendant les activités quotidiennes. C’est ainsi que Swamiji partagea quelques techniques simples de méditation et de contrôle de la respiration en en faisant la démonstration et en les expliquant. Le public eut ensuite l’occasion de pratiquer les techniques et semblait très heureux d’avoir des outils simples à appliquer dans leur vie quotidienne. Il y avait beaucoup de monde.

Retour au Sommaire

Inauguration du Balashram

Chère Âme divine,

Vous serez heureux d’apprendre que Paramahamsa Prajnanananda a inauguré le  » Hariharananda Balashram  » à Arua, Pattamundai, le 29 juillet, en présence des révérés Swami Suddhananda, Swami Brahmananda, Rabinarayan Baba et Managala Ma. Swamiji, dans son discours d’inauguration a dit que le rêve qu’il avait longuement chéri devenait réalité. Après l’inauguration, il a dédié le Balashram à l’éducation gratuite de qualité basée sur des valeurs pour les orphelins et les enfants pauvres.

La Prajnana Mission gérera l’école avec le soutien actif de tous les disciples de Gurudev, d’Inde et d’ailleurs. L’organisation Hand in Hand, aux États-Unis et en Europe, fournira une contribution importante au développement global et au fonctionnement au quotidien de l’école.

Au départ la capacité d’accueil de l’école sera de 40 enfants qui démarrerons de la maternelle pour aller jusqu’au 10ème niveau (16 ans). Cela sera une pension avec tous les bâtiments et infrastructures qui pourront accueillir 500 élèves de la maternelle au 10ème niveau au fur et à mesure des années. Cette école sera l’équivalent d’une école primaire + collège et suivra le standard CBSE. En plus du cursus scolaire, on enseignera l’art, la sculpture, le yoga, la méditation, etc…..

Pour la première tranche d’âge démarrant cette année scolaire, 34 enfants en provenance de différentes parties de l’Orissa ont déjà été sélectionnés en suivant une stricte procédure.

Nous espérons que vous tous apprécierez et encouragerez cette nouvelle initiative unique de Guruji.

Conférence et initiation par Miguel du 13 au 15 août

Le Yogacharya Miguel Bermudez a voyagé depuis Bogota en Colombie pour présider un stage d’un week-end comprenant des conférences et des initiations. Malheureusement cela se passait dans la période du cyclone Charlie et la conférence du vendredi a due être annulée à cause des conditions climatiques et de l’état d’alerte. La bonne nouvelle, c’est que les initiations ont pu avoir lieu comme il était prévu au cours du week-end.
Miguel Baba a donné des conférences donnant beaucoup d’inspiration durant son séjour à l’ashram de Miami et sa présence a été appréciée par tous.

Le cyclone Charlie- Travail de secours de Hand in Hand des 21 et 28 août

Un groupe local de kriyavans s’est rassemblé à la demande de Hand in Hand pour participer aux secours à Punta Gorda et aider à distribuer de la nourriture aux habitants qui attendaient d’être évacués. Le groupe à travaillé inlassablement toute la journée. Le convoi était parti de l’ashram à 5 heures du matin et est rentré à Miami tôt le lendemain matin.
Ce jour a vu le début de la collaboration étroite de Hand in Hand avec les groupes de secours locaux. Espérons que c’est le début d’une collaboration fructueuse pour le bien de tous.

Le jardin de Baba

Finalement les pluies ont commencé à arriver fin juin et elles ont rattrapé le temps perdu ! C’était comme si Dieu avait mis de côté cette eau de manière à ce que le jardin s’épanouisse encore plus rapidement.

Quand la pluie est arrivée, les légumes et les plantes ont grandi à un rythme inouï et jusqu’à un très gros calibre. Toutefois, les mauvaises herbes et autres nuisibles ont aussi profité de cette croissance accélérée.

Il y a sûrement là-dedans une métaphore pour nous.

Il en a résulté une tâche très difficile pour faire face à cet épanouissement rapide du jardin. Cependant, comme les pluies s’espacent, le rythme ralentit un peu et il est maintenant possible de rattraper le terrain. Peut-être ? Et bien cela aurait été possible sans les cyclones qui semblent devenir quotidiens.

La saison des cyclones

Quand la saison des cyclones commence en juin, à l’ashram on commence les travaux pour s’y préparer.

Dès qu’un cyclone a trouvé son chemin jusqu’à la côte, un autre s’engouffre dans la brèche. Le plus récemment nous avons dû faire face à Charlie qui a dévasté Punta Gorda. Nous avons eu quelques vents et pluies de tempête mais pas trop.

Ensuite dans les deux semaines suivantes un autre cyclone est entré en scène, commençant à devenir très violent jusqu’à atteindre le niveau 4 (210 à 250 km/h). Le pire de tous est le niveau 5 : plus de 250 km/h. L’agonie de Charlie a fait qu’il a ralentit de telle manière qu’il en a résulté des tempêtes tropicales. En certains endroits les précipitations ont été de 180 à 300 mm en quelques heures, causant des inondations. Les Bahamas ont reçu 500 mm lors du passage du cyclone.

Les vents violents ont causé des ravages, les arbres tombant sur les lignes électriques. A un certain moment, quand le cyclone s’approchait de la Floride, plus de 100.000 personnes se sont retrouvées sans électricité.

Charlie s’est amenuisé jusqu’au niveau 2, des vents de 170 km/h. Tandis que nous écrivons un possible cyclone est en train de se former tandis que la tempête tropicale Ivan prend de l’ampleur dans les Antilles. Il en est de même dans la vie avec un flot ininterrompu d’événements, bons et mauvais, qui ne demandent qu’à se produire. De même qu’en toute chose :  » cela aussi se passera et passera . »

Mais la saison des cyclones est un grand enseignant et sa devise est claire : soyez préparés, toujours vigilants, toujours en alerte, toujours conscients. Sûrement l’équivalent de l’observation du souffle pour un kriya yogi.

N’est-il pas ironique que les vents violents causent tant de destructions, un peu comme le souffle agité ? La nature est un enseignant tellement merveilleux. A coup sûr nous voyons dans la nature ce que nous voyons dans nos vies. Si vous voyez des vents violents causant des dégâts, quelle est la différence avec une respiration rapide et puissante de quelqu’un d’énervé ? Et que dire des suites et des traces laissées par un débordement de colère ? En fait la nature nous offre avec amour ses enseignements dans l’espoir que nous puissions apprendre et grandir.

Au centre du cyclone, il y a l’œil du cyclone. Cette zone au milieu du cyclone qui est parfaitement calme et tranquille. Une fois de plus la nature décrit la relation corps/Âme. A travers les tempêtes de la vie nous pouvons nous consoler par le fait que l’Âme demeure intacte, pure, parfaite et divine. Quoi que nous traversions, la béatitude de l’Âme demeure, attendant seulement que nous y accédions.

Retour au Sommaire

Le Merveilleux Mystère de Maya

Par : Paramahamsa Hariharananda

Pourquoi Dieu a-t-il donné Maya aux gens ? Parce que sans Maya, les gens ne pourraient pas parvenir à la réalisation de Dieu. Ils se concevraient uniquement comme un petit tas de chair et d’os recouvert de peau. Les hommes et les femmes sont tellement attachés les uns aux autres, ils se portent un amour extrême. Ils oublient l’univers qui les entoure et ne s’occupe que de Maya. S’ils peuvent avoir ce genre d’amour et de dévotion pour Dieu, en oubliant le reste du monde, alors ils verront sûrement le Père Tout Puissant. Mais ils sont tellement attachés qu’ils ne peuvent se quitter l’un l’autre. Malgré leurs disputes, ils restent pourtant ensemble. La seule raison pour cela est l’attirance physique. Être attiré et attaché à l’autre physiquement devient ce qui importe le plus. C’est l’attitude dominante. Dieu a donné aux êtres humains le désir extrême d’apprécier le plaisir des sens physiques, et c’est pour cela qu’ils ne peuvent s’en libérer aisément.

La Voie du Renoncement
Aussi, ceux qui sont très intelligents renoncent au monde. Ainsi, Bouddha est parti de chez lui pour aller méditer dans la jungle. Jésus a tout quitté et a marché d’un endroit à l’autre après avoir été baptisé par Jean le Baptiste. Moïse est parti pour se retirer dans la forêt et méditer dans des lieux sauvages. Un jour, il a jeté son bâton sur le sol, et son bâton s’est transformé en serpent, et le serpent s’est mis à bouger. La colonne vertébrale est ce bâton. A l’intérieur se trouve le pouvoir du serpent qui monte depuis le centre du coccyx et s’élève progressivement vers la fontanelle, au sommet du crâne. Sans Maya, les gens ne peuvent pas se réaliser. Moïse était dans Maya, il était attaché à sa famille. Il s’est marié, puis il a divorcé, et ensuite il a tout quitté de nouveau pour aller dans la forêt. Ainsi, il a obtenu la réalisation extrême, la réalisation de Dieu en tout. La solitude est le prix de la grandeur. C’est en s’isolant qu’ils ont tous obtenu la Divinité.

Maya est votre Nature Physique
 » Mayam tu prakritmi viddhi, mayinam tu maheshvarah. »
 » Sachez que  » prakriti  » est Maya, et que Dieu est le Maître de Maya. « 
-Shvetashvatara Up. 4 :10

Maya est la Nature, votre Nature physique. Vous n’allez pas vous couper le doigt avec les dents, mais vous pouvez mordre le doigt de quelqu’un d’autre quand vous êtes en colère ! Et si les gens ne mordent pas, ils se disputent et font des tas d’autres choses. C’est ainsi que chacun va apprendre à savoir ce qu’est Maya, elle est dans tout. Le pouvoir merveilleux de Dieu demeure dans tout votre corps. Ainsi, quand vous en ressentirez le désir, vous quitterez automatiquement tout ce qui vous attache. Tout ce qui vous intoxique, toutes les dépendances et tous les attachements sont Maya.

Votre nature physique est la Mère Nature. En Sanskrit, Nature (prakiti) est du genre féminin. Dans Maya, se trouve notre Père Tout Puissant, qui se cache dans le corps de tout être humain.

Dans la Genèse – 1 : 27 et 2 : 7 – , il est écrit qu’Il a fait l’homme et la femme à Son image, et qu’Il a insufflé dans leurs narines le souffle de Sa vie, et qu’Il est devenu L’Âme vivante dans l’univers tout entier. Ainsi, le corps matériel est femelle, et il est le corps matériel du Père Tout Puissant. Vous devez donc observer ce corps matériel, qui est le pouvoir merveilleux de Dieu, ce que seuls les êtres doués de raison sont capables de percevoir. Les êtres humains sont des êtres rationnels. Les animaux ressentent le même plaisir de la procréation, la même envie de nourriture, le même désir de combattre, le même attachement à la progéniture – un attachement que les êtres humains ressentent aussi, mais les animaux ignorent ce qu’est Dieu. Alors que le Père Tout Puissant réside dans chaque être humain, et seul un être humain peut se connaître Soi-même, et il ressent le désir de cette connaissance.

 » Tant que les gens ignorent ce qu’est Maya, ils ne peuvent pas se réaliser. «

Le Créateur est très intelligent. Il a fait en sorte que la tigresse n’ait ses chaleurs que lorsqu’elle atteint l’âge de deux ou trois ans. Il en va de même pour les autres animaux et les oiseaux – une fois par an. Aussi leur jouissance physique ne se produit-elle que pendant cette unique période. Mais il a fait en sorte que la femelle humaine ait des règles et que les humains ressentent continuellement le désir physique. C’est ainsi que les gens s’attachent les uns aux autres, de façon très forte. C’est pour cela que je dis qu’ils restent dans leur nature physique.

 » Mayinam tu maheshvarah « 

Le Père Tout Puissant se cache, et Il parle. Moi, je ne parle pas. Je ne vois pas. C’est Lui qui voit. Nous sommes bénis. Dans la Bible, il est écrit – Matthieu 13 :6  » Bénis soient vos yeux, car ils peuvent voir grâce au pouvoir de Dieu « . De même, vos oreilles, votre nez, vos mains, et tout le corps, sont activés par le Père Tout Puissant.

Le pouvoir de dissimulation de Maya : l’une des mains recouvre l’autre – tout est Dieu

(légende de la photo : Le pouvoir de dissimulation de Maya : l’une des mains recouvre l’autre – tout est Dieu)

Comment Surmonter Maya
Dans Maya, il faut observer Ma, la Mère Divine. Maya vient de Ma.
Ma veut dire Mère Toute-Puissante. Le pouvoir de Dieu est là. Ainsi Maya est essentielle. Grâce à Maya, vous devez évoluer. Maya vous donne le désir de connaître la Réalité. Maya donne l’attachement. Les gens sont tellement attachés ! Quand une personne découvre que la racine de l’attachement est la cause du malheur, elle s’efforce alors de s’en libérer. Il est écrit dans la Bhagavad Gita 7 :14 :

 » daivi hi esha gunamayi mama maya duratyaya « 

Cette Maya divine qui est Mienne, et qui consiste en les différents modes de fonctionnement de la nature (gunas) est difficile à surmonter.

Il est très difficile de vaincre Maya.

 » mayam tu prakriti viddhi « 
Ceux qui demeurent dans la nature – mayinam tu maheshvaram – et ceux qui sont absorbés dans la Maya au sommet, dans la fontanelle, ceux-là deviennent libres.

Maya réside dans le corps tout entier. C’est le corps Ham, maya. Le corps Sah est au sommet, dans la fontanelle. Maheshvaram, le Seigneur, réside dans la fontanelle. C’est cela, Sah. HAM et Sah. Vous devez observer les deux corps en même temps, et alors, vous serez totalement libéré. Sans la grâce de Dieu et des Gurus, on ne peut pas vaincre Maya.
Mais vous ne la vaincrez pas uniquement en recevant les bénédictions de Dieu. Il vous faut pratiquer aussi.

 » tapah svadhyaya ishvarapranidhanaani kriya yogah « 

Il vous faut méditer.  » Tapa. Tapash shatai shatunitaani « 

La discipline, l’observation de soi et la soumission à Dieu est le Kriya Yoga. Vous devez méditer.

Le Kriya Yoga est  » chaturanga yoga «  (yoga à quatre branches) :
(1)  » pratyahara  » (introversion du mental),
(2)  » dharana  » (concentration),
(3)  » dhyana  » (méditation) et
(4)  » samadhi  » (union à Dieu).
 » Pratyahara  » signifie qu’en un instant, il vous faudra renoncer. Maya va apparaître et aussitôt, vous devrez renoncer. A cet effet, vous devez vous asseoir et méditer pendant des heures. Si vous n’entendez que des discours, ou si vous ne lisez que des livres, cela ne vous aidera pas. C’est ce que tout le monde fait, et c’est pour cela que personne n’évolue. C’est le défaut principal des êtres humains.

 » Jnaninam api cetamsi devi bhagavati hyesha
valid akrishya mohaya mahamayam prajacchati « 

C’est écrit dans le Chandi.

Jnaninam api cetamsi : Même dans le mental des gens évolués et très religieux
Devi bhagavati isha : O Mère, Mère Divine, vous demeurez encore dans leur corps
Valid akrishya : Vous l’attirez avec vigueur et vous le gardez occupé dans l’état d’extroversion. Avec vigueur, Elle s’empare des gens…
Mohayam mahamayam prajacchati : Et ainsi ils ont la Maya extrême, l’imagination, l’illusion et l’erreur.

Voilà pourquoi l’on doit méditer pendant des heures. Cela signifie qu’à chaque instant, vous observez votre souffle… En respirant, vous allez jusqu’à la fontanelle, et vous en ressentez la pesanteur, et vous respirez de nouveau et vous ressentez de nouveau cette lourdeur, et ainsi de suite, de façon à constamment ressentir cela, à chaque souffle, nuit et jour et ainsi vous pourrez avoir la connaissance. Mais pratiquez par le souffle, à chaque souffle. Le souffle est votre vie, le souffle est la vie. C’est le Kriya Yoga.

Votre corps est ignorant… vous êtes ignorant, parce que vous demeurez dans le corps, donc dans l’obscurité. Quand vous pratiquez le Kriya, votre ignorance disparaît automatiquement, et vous obtenez la Lumière. La Lumière apparaît aussitôt. C’est le Kriya Yoga. La Lumière, le son Divin, la sensation et le mouvement de Dieu, ces qualités divines que l’on ressent dans tout le corps. Alors, vous devriez offrir votre amour, à chaque souffle.

Merci. Je m’incline devant vous. Je vous aime.

Retour au Sommaire

Célébration du 45ème anniversaire de Baba Prajnananandaji

Soi divin et aimant,

Dieu, Dieu,Dieu. Dieu Suprême et Tout-Puissant. J’ai le plaisir de vous écrire à propos de la célébration du 45ème anniversaire de Baba Prajnananandaji. Environ 400 disciples ont assisté à cette cérémonie au Hariharananda Balashram. L’attraction majeure était la participation des enfants du Balashram. Ce matin nous avons eu une méditation spéciale. A 8h nous avons eu un Puja spécial au sanctuaire du Samadhi. A 10h il y eut la
principale cérémonie qui a commencé par Guru Puja, nous avons offert 1008 fleurs de lotus à ses pieds. Puis des disciples ont chanté différents chants en son honneur, cela a continué jusqu’à midi. Alors Shuddhananda Baba et Brahmananda Baba ont dit quelques mots. Puis Baba Prajnananandaji nous offrit un discours plein d’émotion et très touchant. Il parla de l’amour et de l’affection dans la vie et dit que nous devrions suivre notre Gurudev pour être des disciples dignes de lui, ce qui nous mit les larmes aux yeux.
Puis il découpa le gâteau d’anniversaire. Une petite fille d’une famille de disciple dansa l’Odishi, la danse classique de l’Orissa. Les disciples firent la queue pour recevoir le prasad de Baba ainsi que ses bénédictions.
Les journaux et la télé étaient présents. Le prasad fut distribué à plus de 400 disciples.

Le message pour le 45ème anniversaire de Prajnananandaji Maharaj

Hariharananda Gurukulam, le 10 août 2004

Uns aimants et divins
Le but de la vie est de réaliser la vérité. La vérité c’est de vivre dans la paix, l’harmonie, la joie et l’amour. Nous nous efforçons tous par différents moyens d’obtenir ces qualités de base, qui sont la nature fondamentale de l’Âme. Pour réaliser cette vérité, ce qui est essentiel dans
la vie, c’est le désir d’aboutir et la sainte compagnie qui peut nous aider à accéder à cette vérité. La compagnie de ces saintes personnes nous l’obtenons par leur grâce et quand nous méritons cette quête de vérité.
Cette création a vu de nombreux saints, sages, prophètes et autres saintes personnalités. La plupart d’entre nous ont eu un contact direct avec notre bien-aimé Gurudev, Paramahamsa Hariharanandaji Maharaj. Maintenant nous voyons son disciple bien-aimé, son successeur spirituel qui est la figure actuelle de la lignée des Maîtres du Kriya Yoga, Paramahamsa Prajnanananda, qui a pris la responsabilité de mener à bien la mission commencée par Baba.
Pour son 45ème anniversaire je vous offre à tous mon amour le plus profond et ma sincère estime. Nous sommes tous bénis d’avoir avec nous une Âme si aimante. Sa vie et ses œuvres, ses enseignements pleins d’amour et sa véritable qualité de leader touchent au plus profond des cours des disciples qui rentrent en contact avec lui. Ses enseignements ne sont pas seulement de
l’information mais aussi une transformation dans la vie des disciples.
En ce jour sacré, prions Dieu et les Gurus de le bénir et de lui accorder une longue vie pleine de santé de manière à bénir ainsi le monde. Notre prière sera fructueuse si nous arrivons à mener une vie d’amour et de sincérité. Chaque moment est méditation et à chaque moment qui passe nous rapproche de Dieu. Aimons Dieu dans tous pour vivre dans l’amour divin.
Avec tout mon amour et toute mon unité.

un humble enfant de Dieu.
(de Swami Suddhanandaji)

Retour au Sommaire

Équinoxe

22 septembre, jour de l’équinoxe d’automne

Amener l’équilibre dans la vie
Âme aimante et Divine,
Dieu te bénisse.
Que les bénédictions de Dieu et des Gurus soient sur vous.

Je suis heureux de penser à vous tous et de vous envoyer mon amour et mes meilleurs vœux en ce jour spécial, jour d’équilibre (balance en anglais).

Géographiquement, en astronomie aussi bien qu’en astrologie, c’est un jour important. C’est l’un des quelques rares jours auxquels notre bien-aimé Sri Yukteshwarji donnait de l’importance. En ce jour, le Soleil, le centre de notre système solaire, demeure sur l’équateur, et, en conséquence le jour et la nuit sont d’une durée égale. A partir de ce jour, il y aura plus de lumière dans l’Hémisphère Sud et, lentement, moins de lumière dans l’Hémisphère Nord.
Astrologiquement, le Soleil entre dans le signe du zodiaque de la Balance.
Ce jour n’est pas seulement celui où le jour et la nuit ont une même durée, mais aussi celui où le Soleil entre dans la Balance, ce qui concerne aussi l’équilibre.
Sans équilibre dans la vie, celle-ci devient instable et agitée.

Dans la Bhagavad Gita, le Seigneur Béni a dit :

« samatvam yoga ucyate »
L’état d’équanimité et d’équilibre est yoga.

Amenons plus d’équilibre dans chaque aspect de notre vie. La vie c’est apprendre à chaque pas. Le véritable art de vivre est de nous entraîner à vivre une vie d’amour et d’équilibre à chaque étape de notre vie.

En ce jour spécial, notre bien-aimé Gurudev fonda l’ashram de Homestead pour notre évolution spirituelle. C’est devenu un centre de notre progrès spirituel. Non seulement Baba y a vécu pendant une bonne période, mais aussi il nous a guidé par son enseignement plein d’amour, nous montrant comment se développer. En ce jour, méditons plus et prions plus. Amenons plus d’équilibre dans notre vie.

A nouveau, je prie pour vous et pour votre développement global en ce jour spécial.

Avec amour,

Prajñanananda,
Hariharananda Gurukulam,
Balighai, Inde.

Retour au Sommaire

Un moment de réflexion : le succès d’aujourd’hui est le produit des efforts d’hier.

Ashram de Miami , Le jardin de Baba :
Un moment de réflexion : le succès d’aujourd’hui est le produit des efforts d’hier.

Le jardin tel qu’il est aujourd’hui est un endroit plein de beauté, rempli d’une parure de fleurs colorées, d’arbres fruitiers, de bananeraies, de jardins potagers, de jardins de papillons et toute une foule d’autres attractions. A l’origine le jardin était plutôt un terrain plein de plantes exotiques, d’arbres et de fleurs, mais c’était une vraie jungle. La propriété était souvent utilisée pour des tournages de scènes de jungle.

En juillet 1997 la première partie de l’Ashram de Miami fut achetée et cela marqua le début du processus de nettoyage de la propriété par Baba. A cette époque il y avait peu de résidents et de moines. En septembre 1997 David et Charlotte Goldman sont arrivés à l’Ashram de Miami pour aider Baba dans son travail qui comprenait, entre autres, la tâche d’éclaircir la jungle. Le travail était éreintant, ardu et les journées étaient longues.

Rick Baba était présent depuis le début, Scott Baba arriva en mars 1998 et tous allaient joindre leur force à celle de David et Charlotte. En mai 1998 la seconde partie de la propriété fut acquise et la scène était prête. Cette équipe devait être le fer de lance dans la transformation de l’Asram de Miami en ce que nous pouvons voir aujourd’hui. De grands arbres furent abattus, il fallait débarrasser la jungle en grande partie à la machette et à la main, il fallait faire de la place.

Il n’y avait pas de terre sur la propriété, juste du corail mort, partout. Baba dit un jour à David Goldman qu’il désirait recouvrir la propriété toute entière avec une hauteur de quelques centimètre de terre. A vrai dire nous réalisions à peine que c’est exactement ce que Baba allait faire. Au cours des années suivantes le sol allait être nettoyé et de la terre transportée par des camions bennes. Le terrain fut cultivé, des larmes ont coulé, de la sueur a perlé sur les visages de ceux qui trimaient et il s’agissait sans aucun doute d’un travail d’amour pour toutes les personnes concernées.

Le travail effectué ne peut être décrit mais cependant tout du long Baba mit la main à la pâte et dirigea tout. Jour après jour Baba était dehors sur le champ de bataille exhortant ses travailleurs, comme des abeilles divines, à aller toujours plus avant et plus haut. Chacun donnait le meilleur de lui-même et quand il arrivait au bout de ses forces, il découvrait qu’il en restait encore un peu à donner. Il creusait un peu plus profond, essayait avec plus de force et donnait tout ce qu’il pouvait mobiliser par amour pour Baba.
Baba fixait des normes des plus élevées et des objectifs souvent impossibles. Et cependant ce que nous, pauvres mortels, pensions ne pas être possible devint réalité et ce à une vitesse incroyable. C’était ce qu’on remarquait avec Baba, l’impossible devenait possible et était souvent accompli à la vitesse de l’éclair.
La grâce du Gourou est infinie.

Aujourd’hui un havre de beauté demeure comme un hommage à notre bien-aimé Gurudev et il est séant que cet hommage sous la forme de l’Ashram de Miami ait été construit avec comme fondation l’amour et la dévotion. En février de cette année David et Charlotte Goldman ont quitté l’Ashram de Miami où ils ont résidé pendant plus de six ans en servant Baba avec le plus grand amour et la plus grande dévotion. Ils ont décidé de cultiver et d’explorer de nouveaux terrains.

David et Charlotte ont souvent accompli l’impossible à la demande de Baba pour contribuer à faire du jardin ce que nous en voyons aujourd’hui, un endroit d’une extrême beauté. Maintenant c’est si facile de cultiver et d’entretenir de belles fleurs, de beaux fruits et de beaux légumes. Le terrain a été cultivé et est prêt à produire ses fruits. La beauté de la demeure de Baba aujourd’hui doit sans aucun doute à la grâce de Baba, à David et à Charlotte et à toutes les abeilles travailleuses qui au cours du temps se sont données entièrement. Merci à vous tous.

Le succès d’aujourd’hui est clairement le produit d’un intense labeur. On ne voit pas tout ce qui s’est passé avant, les larmes qui ont coulé, les sacrifices et la douleur de donner naissance à quelque chose de nouveau. Le présent est clairement le produit du passé. Tout est si beau et paisible dans le jardin maintenant. Qui pourrait imaginer ce que cela a demandé pour donner naissance à tout cela ? La douleur du passé s’évapore dans un rêve distant et tout ce qui reste est …la paix. Comme toujours le jardin de Baba est une instrument précis pour instruire les abeilles travailleuses et aimantes, qui viennent toujours à la ruche pour se nourrir du nectar de l’amour.

Cultures du moment
Pendant la saison actuelle, il fait frais ce qui est parfait pour planter de nouvelles cultures. Ainsi les plates-bandes ont été préparées pour les légumes, recouvertes de paille, l’irrigation mise en place et les semis mis en terre. En peu de temps les pousses sont sorties et les cultures ont commencé à grandir. Toute une variété de légumes a été plantée : beaucoup de légumes verts, des brocolis, du choux, des choux-fleurs, des citrouilles, des haricots et des aubergines pour n’en citer que quelques uns. Nous avons bon espoir que l’Ashram de Miami puisse dans sa cuisine n’utiliser que des légumes frais du jardin.
Tout légume ou fruit restant est donné aux sans-abris, de cette manière rien n’est jeté.

Embellissement du jardin de Baba :
Une des difficultés d’être sous un climat tropical, où c’est tout le temps le printemps, est que tout ce qui est planté croît à une vitesse faramineuse, et il en va ainsi du reste. Principalement des mauvaises herbes. Par chance cela procure une source de seva (service) inépuisable. Pour combattre ce problème, une approche simple mais efficace a été adoptée : planter de beaux revêtements de surface. C’est-à-dire cultiver des plantes esthétiques qui vont s’étendre jusqu’à couvrir tout le sol environnant. De cette manière on empêche les mauvaises herbes de pousser sur un espace déjà occupé par quelque chose de désirable.

Les métaphores abondent, combien le mental ressemble-t-il au jardin ? Pour empêcher de grandir des choses indésirables, nous remplissons le terrain de belles plantes de manière à ce que les mauvaises herbes ne trouvent pas de prise. Une variété de plante de couverture est appelée Rose de Table, elle a des roses miniatures qui poussent juste au-dessus du sol, c’est très joli. D’autres variétés sont plantées au moment d’écrire ces lignes pour repousser ces infâmes mauvaises herbes. Bien sûr quelques parcelles de mauvaises herbes restent à la disposition de ceux qui viennent pour désherber, ainsi même les mauvaises herbes sont bonnes pour vous dans le jardin de Baba.

Programme Yogacharya
Un nouveau programme Yogacharya a débuté en février, chaque mois un des Yogacharyas visitera l’Ashram de Miami et une conférence sera organisée pour le public local et des cours auront lieu.
Yogacharya Don Abrams à conduit le premier programme du 7 au 9 février. Il y a eu une conférence le vendredi 7 avec une initiation suivie par un programme tout au long du week-end. C’était le premier programme d’une série de plusieurs qui seront organisés régulièrement à l’Ashram de Miami.
Le programme suivant était dirigé par John Williams du 19 au 21 mars, avec un discours inspiré s’intitulant  » Qu’est-ce qui compte le plus ? «

Initiation de nouveaux moines et Brahmachari
Sous les meilleurs auspices de Mahashivaratri une cérémonie de deux jours a eu lieu au Hariharananda Gurukalam, à Balighai les 17 et 18 février. Cette cérémonie était dirigée par Paramahamsa Prajnanananda en présence de tous les moines et de disciples. Deux nouveaux moines et quatre nouveaux Brahmachari ont été initiés. Suresh Baba sera reconnu en tant que Swami Samarpanananda Giri, Brahmachari Saralananda en tant que Swami Samvidananda Giri. Les nouveaux Brahmacharis sont : Aurobinda en tant que Brahmachari Vidyananda, Nirmal en tant que Brahmachari Sadananda, Pramod en tant que Brahmachari Nityananda et Ravi en tant que Brahmachari Sevananda.

Visites de Paramahamsa Prajnanananda du 11 au 18 mars.
Swamiji est arrivé à l’Ashram de Miami juste à temps pour le repas de midi. Sushil Baba avait préparé le repas et servi toute une variété de plats traditionnels pour Prajnananandaji et toutes les personnes présentes. De nombreux kriyavans avaient commencé à arriver depuis la veille pour accueillir Swamiji à Miami.
Comme toujours à l’heure du repas Swamiji a partagé ses histoires merveilleuses tirées des écritures et ce pour l’inspiration et l’élévation de tous ceux qui avait voyagé depuis loin pour le voir. Pour le bonheur de ceux présents, Swamiji donna des classes régulières à 18h00. Le sujet de la semaine était une prière de Saint-François appelée  » la prière pour tous « . Swamiji donna une interprétation en profondeur de cette prière pour tous ceux présents.
Les matinées, quand l’emploi du temps de Swamiji le permettait, il entreprit le tour du jardin avec les visiteurs, identifiant les travaux de jardin qui devaient être faits. Tous ceux présents se lançaient dans le seva joyeusement. Le plus récent projet étant de border la route intérieure sur toute sa longueur de deux rangs de buissons vivement colorés.
Comme toujours la visite de Swamiji apporta beaucoup de joie et d’inspiration à tous ceux qui ont pu le voir à cette occasion. Nous attendons avec impatience sa visite en avril.

Conférence au Shiva Vishnu Temple :
Cycle Manière de Mener sa Vie – dimanche 13 mars
Paramahamsa Prajnanananda a continué son travail communautaire pendant son séjour à l’Ashram de Miami. Il était invité en tant qu’orateur dans le cadre d’une série de conférences sur la Manière de Mener sa Vie au temple de Shiva et Vishnu à Davie. Swamiji a fait un discours sur les principes de bases de l’Hindouisme et le contrôle du mental par le Kriya Yoga.
Le discours de Swamiji a captivé le public par sa vaste connaissance des Écriture et ses contes spirituels et humoristiques. Chacun d’eux ayant son propre message et enseignement.
La session de Swamiji commença à 14h30 et s’acheva à 17h30. La salle était bien remplie et plus d’une centaine de personnes ont eu la joie de passer l’après-midi avec Swamiji.

Le prochain programme Brahmachari commencera le 2 juillet 2004.

Retour au Sommaire